Plantation participative des pommiers en cordon dans la Roseraie du parc Edouard André, 19 03 2022

 

Messieurs et Mesdames les élus, ma chère Monique, chers amis,  tout d’abord, grand merci d’être là pour ce moment particulier,  et j’adresse une pensée toute spéciale pour notre maire ainsi que  pour le président de l’association des Croqueurs de pommes de Touraine qui, touchés par le covid, ne peuvent être parmi nous.  Nous regrettons d’autant plus leur absence que nous souhaitions leur rendre hommage car ils ont cru en ce projet dès les premiers instants, l’encourageant et y prenant part avec enthousiasme.  Je salue également l’équipe jardinière qui a suivi pas à pas cette démarche, avec intérêt et efficacité. Et je remercie également toutes les personnes qui se sont associées, concrètement et joyeusement, à ce projet par leur participation financière, en parrainant un ou plusieurs sujets. Il s’avère ainsi qu’une trentaine de personnes, dont de nombreux ‘petits-enfants’ pourront venir voir pousser l’arbre qui leur est dédié, et dont certains ont souhaité participer au greffage en ce début d’après-midi.

En effet, cette idée  de redonner vie à la structure de l’ancien potager d’Edouard André, devenu  Roseraie, s’est peu à peu imposée, suite à la vision déplorable de ces petits pommiers si anciens qu’ils disparaissaient peu à peu, laissant place à un vide structurel. Sans parler de la disparition des variétés, parfois  méconnues, oubliées, que l’on pouvait y trouver et dont le maturité des fruits s’étalait sur toute l’année.. Les précoces, Grand Alexandre, Transparente de Croncel, ou plus tardives, telles les pommes d’api,  les Calville, blanche ou rouge et bien d’autres encore, nous enchantaient. Les enfants de l’école de La Croix ont pu découvrir les découvrir et les goûter hier, à l’initiative des Croqueurs de Pommes de Touraine.

Quelques greffons ont pu être prélevés sur les vieux pommiers existants, dont la variété reste à définir. Toutes les variétés citées existent dans la réserve établie par Les Croqueurs de Pommes de Touraine et nous allons pouvoir les réintroduire peu à peu. En effet, ce petit chantier participatif s’étale sur plusieurs années, afin de ne pas surcharger l’équipe jardinière ni l’Association des Croqueurs, qui agissent tout au long de l’année dans tout notre département.

Je suis heureuse, quant à moi, que notre initiative contribue, à sa modeste échelle, à la défense de la biodiversité.

Je vous signale enfin que des parrains se sont déjà manifestés pour la deuxième tranche de plantation de l’an prochain !                 

Je vous remercie.

                                                           Florence André Olivier,

présidente de l’Association Edouard André (1840-1911)